Note

Les « textes à voix » comme leur nom l’indique, trouvent toute leur valeur lorsqu’ils sont parlés, et donc écoutés. Les liaisons, les élisions et leur rythme en général risquent de ne pas être retranscrits correctement par une simple lecture. C’est sans doute paradoxal pour un texte écrit, mais c’est aussi ce qui fait toute la force de la tradition orale et contée.

Description

Nous sommes au XXIe siècle, la vie n’est plus un long fleuve tranquille depuis longtemps, ceci est ma version « du chemin », celui que nous avons tous pris, et qui se finira immuablement de la même manière pour tous.




C’est le temps du grand voyage et tu as tout bien préparé ta nouvelle tire
Fais attention sert bien à gauche, c’est bon t’as pas loupé ta sortie, respire.
Il est tôt, il fait encore nuit et tu écarquilles les yeux
Histoire d’habituer un peu ta vue à la route qui défile sous tes feux.
Tu te mets quelques comptines sur l’autoradio,
Ça t’amuse il y a plein de mots rigolos.
T’as peur d’être un peu perdu et tu sais pas trop où aller,
Mais une autoroute, ça va tout droit, suit les autres ils vont te guider.
Tes premiers kilomètres sont déjà bien vite avalés,
Quand tu vois le ciel qui change au loin, c’est le jour en train de se lever.
La vue retrouvée tu te familiarises mieux avec ton véhicule,
Pas besoin de maitriser la marche arrière, sur l’autoroute y a pas de recul
Ton CD change de plage et diffuse des génériques de dessins animés,
Toi t’aimes, ça te fait bien marrer.
Tu apprends les accessoires, tous les boutons de ton habitacle,
Si bien que rapidement tu as l’impression de maitriser ton fiacre.
Tu veux le pousser, le faire virer et slalomer pour pas te traîner,
Tu prends des risques, t’es invincible il n’y a plus rien qui peut t’arrêter,
Tu mets les gaz tu te laisses rouler, t’es à fond,
Dans la stéréo fuse du hip-hop c’est que du pur son.
Mais attention, sirènes, gyrophares, un accident! Tu piles,
En un instant ton invincibilité s’éclipse et tu te sens plus fragile.
Les autres derrière ils avaient peut-être abusé des substances,
Et c’est pour ça qu’ils sont dans la rambarde à attendre l’ambulance.
Toi t’as pu te faufiler même avec tes petits excès,
Maintenant t’es conscient qu’il faudrait songer à t’arrêter.
Tu cherches des yeux, mais c’est pas si facile de trouver un panneau,
Il n’y a rien qui indique quoi que se soit sur une aire de repos.
En attendant tu changes la zic pour Renaud et Manu Tchao,
Ça te rassérène un peu d’entendre de bons mots.
C’est pas grave tu te dis que t’es pas si fatigué, que tu peux continuer un peu,
À un moment faudra quand même songer à faire le plein et vérifier les pneus.
Tiens justement ça ralenti devant, qu’est-ce que c’est ?
Juste un péage, sur l’autoroute y a toujours quelque chose à payer.
On avait beau t’avoir prévenu, ça fait jamais plaisir,
Tu sors ton portefeuille et tu payes sans faire un sourire.
Au moins de l’autre côté il y a une station d’essence,
Tu t’arrêtes faire le point avant de repartir dans ton errance.

Maintenant tu regardes plus trop le paysage et t’es plutôt blasé.
Tu rencontres quelques ralentissements et t’as l’impression de te trainer.
Il y aurait bien la file d’arrêts d’urgence pour doubler,
mais tu préfères tout de même faire attention,
Tu voudrais pas finir dans le fossé comme un con.
Tu fouilles dans la boîte à gants à la recherche du CD de la star ac’,
Non faudrait peut-être pas abuser tu vas pas non plus tourner réac’.
Alors, tu patientes en comptant lentement les kilomètres qui passent,
Quand tout d’un coup un bruit bizarre semble venir de la culasse.
Tu tends tes deux oreilles d’un air inquiet,
Et tu te déportes lentement sur la bande d’arrêt.
Un peu plus tard le dépanneur te fixe ça en peu temps,
Mais il t’explique bien qu’il faudra faire attention maintenant.
Tu reprends la route, t’as coupé la musique, t’as plus le cœur,
Tu préfères pouvoir écouter ce qui se passe dans le moteur.
Ça fait un peu peur de ne pas pouvoir compter sur sa tire,
T’as l’impression qu’à chaque moment elle peut lâcher au gré de ses désirs.
Alors, tu décides de t’arrêter à la prochaine station,
Et cette fois de prendre ton temps avant de payer l’addition.
Mais tu t’aperçois bien vite qu’il y a des gens que tu lasses,
Ils aimeraient bien que tu bouges pour prendre ta place.
Et finalement, tu te retrouves de nouveau sur l’autoroute,
T’es plus très sûr pourquoi t’es là t’as des doutes.
Tu commences aussi à être vraiment fatigué,
Tu roules plus lentement, sur la file de droite bien collé.
Tu te mets du Vivaldi en espérant que ça t’empêchera de t’endormir,
De toute façon, t’es plus trop inquiet des bruits de ta tire.
Tu repenses à ta ville et ton insouciance,
Mais les revoir dans le miroir t’as aucune chance.
Il est bien trop loin ton périphérique adoré,
C’est dommage parce que là-bas quand t’as fini la boucle, tu peux recommencer.
T’as compris maintenant que l’autoroute c’était une ligne droite,
Tu as pu choisir ta conduite, mais la marge de manœuvre était étroite.
En fonction de son style, on peut rencontrer des travaux ou des accidents,
Ou bien rouler peinard sans accro ni rien d’excitant.
Selon l’heure où on part on peut avoir beau temps sur toute la route,
Ou on peut se taper une partie du trajet sous les intempéries et ça dégoutte.
Il y a des choses qui dépendent de soi et d’autre beaucoup moins,
On n’est pas vraiment tous égaux sur l’asphalte de ce chemin.
Mais il y a quand même quelque chose qu’on partage tous à l’identique,
C’est que chacun y trouve sa propre borne kilométrique.
Mais déjà pour toi les haut-parleurs sonnent le dernier glas majeur,
Tu viens de voir le panneau de ta sortie, ça y est : c’est ton heure…