Un beau défi qui s’achève. 50 000 mots en un mois… c’est faisable si on est en vacances. On voit bien le palier de ma semaine de travail sur le graphe 😉

Choisissez votre poison :