Moi je fais comme les ours, j’hiberne. Sans doute une habitude prise au Canada 😉

L’hiver j’en profite donc pour prendre 5 kg — contrairement à l’ours qui lui perd sa graisse pendant ce temps, veinard — me vider la tête et dormir plus de 5h par nuit. Comme le printemps pointe son nez — ou du moins que les températures remontent un peu —, je me réveille donc.

Alors quoi de neuf ? Ben pas grand-chose côté « nouvelles plumes 2010 », les éditeurs restent frileux concernant les nouveaux auteurs (sans blague…) Par contre j’ai enfin fait l’effort — honte à moi — de me procurer l’édition 14 du fanzine AOC du club « Présence d’esprits » où ma nouvelle «poussière » avait été publiée suite au concours « Visions du futur 2009 ». C’est important, car c’est une des nouvelles de ma période française — oui, j’ai décidé d’avoir des périodes, comme les peintres — donc plutôt actuelle dans son style. Le zine c’est même fendu d’une belle illustration, sympa.

Coïncidence ou pas, une autre nouvelle, présentée à l’édition 2010 de « Visions du futur » sera publiée d’ici quelques semaines par les éditions « Encre fraîche » dans un recueil destiné au Salon du livre de Genève en mai prochain. Il s’agit de la nouvelle «Il » pour le concours «Les animaux, des êtres humains comme les autres ». (Du coup, désolé, mais je suis un peu obligé de la retirer du site. J’en laisse juste un extrait, achetez le livre à sa sortie, ce n’est pas pour moi — je vous assure, je n’ai pas besoin des 3 euro que ça va me rapporter, d’ailleurs je compte bien transférer mes droits à la cause animalière du projet — , c’est pour une bonne cause puisque les recettes de l’éditeur seront reversées à une association de protection des animaux sauvages.

Côté écriture, j’ai donc arrêté le format roman-feuilleton pour « Marqueur 26 ». Ça devient « trop » sérieux, du coup je le repasse à ma moulinette « roman » maison (découpage, profilage des personnages…) Petite inversion donc, « Marqueur 26 » devient l’écrit du moment. « L’envol », un projet pourtant antérieur, suivra. Je pense en effet que même si mon emploi du temps actuel me force à une structuration à outrance, il ne faut jamais laisser passer l’inspiration. Cet hiver m’a permis de ranger « l’envol » au chaud de manière à être 100 % branché sur « Marqueur 26 » qui bouillonnait et voulait sortir.

Bientôt le printemps donc. Je vais pouvoir me remettre à courir, et à dormir 5h par nuit 🙁

Choisissez votre poison :