Ceci est l'article 1 sur 12 de la série 10 étapes pour concevoir un roman de fiction

Sans faire de promesse précise, j’avais tout de même avancé l’idée de partager ma méthode en ce qui concerne la préparation d’un roman. Après y avoir consacré un peu de temps et débroussaillé mes notes – qui n’étaient compréhensibles que de moi seul –, je suis arrivé à un document hyper condensé de trois pages. Je vais donc développer ce document sous la forme d’une série de 12 articles :

  • Ce prologue qui va permettre de cadrer les choses
  • Les 10 étapes de la méthode dont chaque article donnera les détails
  • Un épilogue pour conclure le tout, mettre les annexes, références et documents

La structure n’est ni plus ni moins celle dîtes « du flocon » (dont le fondateur est crédité avec les autres sources m’ayant suivis au cours des années). Mais elle est tempérée, expliquée et surtout illustrée par ma propre pratique. Je ne suis pas un Gourou, je ne vous vends rien, c’est simplement du partage. Je suis parfaitement conscient que c’est un sujet brûlant dans le cercle des écrivains, ça tombe bien, je n’en suis pas un, moi… je suis juste auteur 😉

Commençons donc sans plus attendre avec le prologue :

L’estimation totale du temps à investir est de 125-175 h, au bout desquelles vous aurez un document de conception complet et un plan. Le gain de temps dans la phase d’écriture est lui inestimable, surtout si cet investissement fait la différence entre un projet abouti ou laissé à l’abandon… De plus, vous aurez tous les éléments pour la postproduction (prospection des éditeurs) sous la main.

Une « méthode » pour « structurer » la créativité ! Pour ou contre ?

Je n’ai pas honte de dire que j’ai fait partie des deux écoles. À mes débuts seules la créativité et l’inspiration pouvaient être mes guides. J’écrivais à l’envolée, à l’instinct, avec mes tripes et mon cœur et surtout pas avec ma tête. J’y arrivais, je me sentais libre, et si un type m’avait abordé pour me parler d’une « méthode » structurée de segmentation prenant des heures AVANT même d’écrire une ligne, je lui aurais ri au nez.

Aujourd’hui, je suis ce type… J’ai utilisé cette méthode pour mes trois derniers projets, et en toute honnêteté, ils n’auraient pas vu le jour sans elle ! Pourquoi ?

  1. Avant, j’avais le temps, et c’est là l’élément primordial ! Étudiant, sans-emploi, militaire, petits boulots… Bref, quand l’inspiration était là, le temps pour l’exploiter y était aussi, et hop tout était en phase : merveilleux ! Si c’est votre cas, profitez-en ! Cependant… continuez à suivre cette série, croyez-moi, il y a bien une étape ou deux qui vous seront utiles 😉 (là c’est l’expérience qui parle)
  2. Maintenant, je suis debout à 6:00, dehors à 6:25, au bureau à 7:40, dehors à 18:30 et de retour à la maison à 20:00… soit 14h par jour sans l’ombre d’une chance d’être créatif, même si l’inspiration était là… rajoutez la maintenance vitale (manger, se laver, faire un bisou à sa fille et échanger deux phrases avec sa femme) et ça nous laisse un créneau 21:00-23:00 pour « créer » ! Vous commencez à voir pourquoi je voulais optimiser ce temps « libre », être sûr de faire avancer les choses au lieu de sempiternellement perdre 1h à revenir en arrière raccorder les morceaux, 30 minutes à trouver l’inspiration et les dernières 30 minutes à écrire 10 lignes…
  3. Le bilan des premiers romans, avec le recul, n’est pas fameux : vite écris certes, mais médiocres. Si on les découpe en trois segments : le fond (l’histoire), la forme (le style écrit), et la structure (cohérence et dynamique du récit). Il est évident que le fond est bon (on garde), la forme est trop jeune (on persévère, rien à voir avec la conception), la structure est bancale (et là… ça a tout à voir avec la conception !) => soit 50% de la médiocrité qui peut être traitée en amont.
  4. La segmentation et l’approche pas-à-pas m’ont aidé à identifier, appréhender et avoir des marqueurs d’avancement précis. Très important pour ne pas perdre le fil quand on est justement perpétuellement soumis à des facteurs perturbant l’esprit créatif (boulot, transport, stress, intendance…) qui font perdre les idées ou nous sorte de cette zone d’inspiration indispensable pour assurer une cohérence à un texte dont l’écriture va s’étendre sur des semaines ou des mois.

Je ne force personne, je ne prêche pas si c’est bien ou pas, je comprends parfaitement que chacun puisse avoir sa propre façon de faire. Tout ce que je peux vous dire, c’est que je suis resté huit ans sans parvenir à achever un projet, noyé dans la stagnation, perdu dans les idées qui fusaient plus vite que ma capacité à les coucher sur papier, et il faut le dire; au final un peu dégouté par le manque de résultats. À contrario, en moins de trois ans j’ai fini deux romans et amorcé le troisième alors que j’étais dans une période tendue (retour en France, nouveau boulot, déménagements successifs, nouvelle maison…) La différence entre les deux? J’ai commencé à utiliser ma tête 😉

Les limites de cette méthode

  • Tout d’abord j’ai décidé, dès le titre, de la restreindre aux œuvres de fiction. Je ne suis pas convaincu du tout qu’elle puisse s’appliquer à de la biographie, du reportage, du guide pratique ou autre. Car…
  • Je ne suis pas un menteur, et comme j’écris moi-même de la fiction, je n’ai pas prétention de pouvoir extrapoler de la valeur ajoutée de cette méthode sur ce que je ne connais pas.
  • Je ne suis pas un mentor, je n’ai pas pour vocation d’imposer mes vues sur le sujet et de faire des généralités. Ce qui suivra est un simple partage d’expérience personnelle. C’est ce que vous ferez de cette information qui décidera de sa réelle valeur.
  • On parle bien ici des étapes de conception (au sens conception scénaristique), et non de création (l’écriture elle-même). À la fin de cette méthode, vous n’aurez pas encore écrit une seule ligne de votre roman… Étrangement, c’est l’un de ses intérêts : aucun impact sur votre style, votre « art », mais juste un outil pour structurer votre effort et faciliter la fluidité de votre création avec le temps – toujours trop court – qui nous est alloué lorsque l’on est simple auteur, et non pas écrivain…
  • Ni menteur ni mentor donc, mais toujours prêt à apprendre et m’améliorer. Donc, n’hésitez pas à commenter cette série d’articles avec VOS trucs et astuces et partager avec la communauté des auteurs anonymes 😛

La philosophie de cette méthode

Segmenter et affiner. C’est tout ce que vous devez retenir du principe de base. On découpe en petits bouts plus facilement ingérables la grosse portion qu’il y a dans notre assiette. On affine petit à petit l’image floue qui hante notre esprit. Si vous êtes plus familier avec les arts graphiques, c’est exactement comme pour créer un tableau : on dégrossit les zones, puis on repasse pour rajouter des couleurs, des traits, on détaille, on affine, jusqu’à l’image finale.

Cela permet d’être en progression constante et de minimiser les fastidieux retours en arrière (mais j’en étais où? Il faisait quoi déjà le héros dans le chapitre d’avant? Comment je voulais amener cette partie de l’intrigue déjà?…) en gardant des repères fiables.

Avertissement

Le document final et ses 10 étapes seront condensés au plus haut point, ce qui donnera des allures de méthodologie pointue, rigide et contraignante. Ne vous laissez pas avoir. Le but est d’aider à la conception, jamais de brimer la créativité. Je le répéterai souvent dans les articles, mais n’aurai pas la place de le faire dans le document final : Ne brimez jamais votre désir d’écrire ! Canalisez juste le montant d’énergie nécessaire pour vous aider à le faire mieux.

À vouloir être trop pointilleux, on tombe bien vite dans la facilité de reculer le moment de se lancer à l’eau. Surtout quand ce n’est plus un premier roman, et que l’on connaît l’horreur, l’angoisse, la fatigue et les doutes qui nous attendent pour écrire (c’est alors tentant de se complaire dans la phase de conception et de repousser inconsciemment la phase de création…)

Les exemples

Pour illustrer les propos, j’utiliserai un faux roman dont je monterai l’intrigue de toutes pièces pour cette méthode (ce sera de la bonne série B bien mûre pour permettre les clichés et renforcer la compréhension). Pour renforcer certains aspects, je référencerai aussi en exergue mon propre travail de conception réalisé pour « Forfait illimité* », pas tout bien évidemment afin de ne pas tuer le dénouement, et aussi parce que la phase de conception est vraiment un travail personnel à l’intention de l’auteur uniquement, car bien souvent c’est brouillon, sous forme d’abrégés et de prise de notes dont seul ce dernier est apte à tirer le sens profond (n’oubliez pas que c’est très lié à ce qui se passe dans votre tête, et souvent ce qui est écrit n’est qu’une suite de simples déclencheurs pour réveiller des tonnes de choses qui sont en vous, et ne seront jamais couchées sur papier par aucune méthode…)

En résumé

Ce qui suit n’est qu’ une suite de points pour aider à CONSTRUIRE un roman de FICTION, l’écriture elle-même reste un long processus créatif et ce guide n’est là que pour aider avec la structure. Le plus important est de ne pas brimer le désir d’écrire, et de ne pas ANALYSER À OUTRANCE. Le document de conception est une chose vivante, il est tout à fait normal de revenir en arrière durant la phase de conception puis d’écriture et de modifier les étapes précédentes. C’est le document qui s’adapte à l’histoire, pas l’inverse…

10 étapes pour créer un roman de fiction – PROLOGUE

 

Series Navigation10 étapes pour concevoir un roman de fiction – ÉTAPE 1
Choisissez votre poison :