Commentaires récents

  • Georges: Bonjour et merci beaucoup pour ta réponse lumineuse. « Bon s...
  • Kanata: Bonjour Georges, On parle ici la structure et des articulati...
  • Georges: Bonjour, Pourrais-tu m'éclairer sur ce que tu entends par l...
  • Kanata: Bonjour, voici le post original avec les contacts : http://w...
  • Kanata: Merci Gisèle, Comme quoi le hasard fait bien les choses dans...

Prochains concours & AT

Revirement de situation

Publié par Kanata le 13 janvier 2013

Cnahangement de programme conséquent puisque je viens de signer « Forfait illimité* » avec non pas « Les Éditions Ex-Aequo » (dont je m’apprêtais à retourner le contrat), mais avec les éditions « Les Nouveaux Auteurs ».

C’est difficile comme décision. On est très rarement confronté à ce type de choix ! Pour « Forfait illimité* » j’ai tapé à la porte de quarante-deux éditeurs sur une période d’un an. Et aux vues du rythme des réponses négatives, si on m’avait dit que fin décembre c’est moi qui devrait choisir entre plusieurs offres… Je me serais esclaffé !

Comment en est-on arrivé là ? C’est assez simple en fait. Les demandes d’édition étant très largement supérieures aux offres, il serait peu efficace de prospecter les éditeurs un par un. Avec des temps de réponse qui s’échelonnent entre trois et huit mois, il faudrait la moitié d’une vie pour prospecter avec un manuscrit… À ce train-là, il est donc évident que je me lance toujours dans la bataille avec plusieurs copies. On peut donc théoriquement se retrouver avec plusieurs réponses positives en même temps (ou dans un délai très court).

Oui ! Mais là… ceux qui suivent un peu mes aventures se disent : «  Attends une minute… Il n’a jamais mentionné « Les Nouveaux Auteurs » durant sa prospection le petit père Kanata… »

C’est vrai… Et pour cause : Je ne leur ai pas vraiment envoyé mon manuscrit… J’ai en fait participé à un de leur concours (le grand prix Yann Queffélec) en soumettant mon manuscrit en ligne l’été dernier. En toute honnêteté, entre les prospections, le boulot, la durée du concours et la communication plus que minimaliste, j’avais un peu oublié la chose. À tel point d’ailleurs, que je ne me suis soucié des résultats qu’un bon mois et demi après la date de fin annoncée. (bon, il se trouve qu’ils avaient rallongé le concours d’un mois, du coup, je n’étais pas vraiment en retard 😉 ). Je saluais le vainqueur début décembre (« Celtic Online »), et passais à autre chose.

Ce fut donc une surprise lorsque « Les Nouveaux Auteurs » me contactèrent fin décembre pour me parler de « Forfait Illimité* ». Dans le cadre de leur partenariat avec « France Loisir », ils lancent quelques titres finalistes de leur concours au format numérique.

« Forfait Illimité* » sortira donc en exclusivité France Loisir pour février. Trois mois plus tard, il sera disponible sur toutes les autres plates-formes digitales.

1h de téléphone plus tard

Publié par Kanata le 29 novembre 2012

Prise de contact d’une bonne heure ce matin avec Laurence, fondatrice et gérante des éditions Ex-Aequo.

Une maison sérieuse. 87 romans à son catalogue, un rythme de 20 romans édités par an. 2 prix régionaux à son actif.

Une ligne éditoriale ouverte, mais qui de fait contient beaucoup de polar/thriller.

Une personne passionnée, ce qui est agréable, et qui m’a déjà donné des devoirs :

  • Biographie
  • Bilbiographie
  • Idée de couverture si j’en ai
  • Projet de quatrième de couverture
  • Résumé
  • Quelques petites corrections éditoriales (mes fameux anglicismes/néologismes… apparemment après 4 jets… il y en a encore ! Il faut dire que FI fut écris à mon retour en France, je me suis beaucoup assagi depuis.)

Moi j’aime bien me sentir impliqué, même si la couverture et la quatrième de couverture sont toujours du ressort de l’éditeur, c’est pas désagréable d’être sollicité (ce n’est vraiment pas le cas partout, surtout pour les primo-romanciers).

 

Pour ceux que ça intéresse, le contrat type des éditions Ex-Aequo est ici. Bâti et rémunérations standards (voir même haute en numérique) avec quelques particularités propres aux structures à taille humaine (qui ne peuvent pas s’asseoir sur des avances de coût de fabrication ou de correction) pour s’assurer du sérieux de l’auteur. Référencement (ELECTRE, DILICOM…) et distribution de qualité. Une petite gestion de stock (c’est rare de nos jours avec l’impression numérique à la demande, c’est une certaine prise de risque, un signe d’investissement et de responsabilisation sur l’écoulement). Bref, que du bon.