Ceci est l'article 3 sur 12 de la série 10 étapes pour concevoir un roman de fiction

L’étape 2 – L’accroche (de conception) (1h)

Cette étape consiste à ressortir la quintessence de l’histoire. Le but de l’exercice est d’arriver à produire UNE phrase, la plus courte possible, et qui soit le cœur du roman.

Pas de fioriture, il faut faire dépouillé et avec un vocabulaire simple. Bien sûr vous allez penser « Mais c’est impossible, il se passe trop de choses dans mon histoire, il y a plein de personnages, d’intrigues imbriquées, de croisements… »

C’est bien de penser déjà à une structure complexe, bravo ! N’empêche… passez donc une heure à ramener le tout à l’essentiel. Ce sera non seulement salvateur, mais aussi la première étape de votre fondation ! Allez, je ne suis pas méchant je vous donne un truc :

Il faut lier ensemble l’aspect global et personnel. Pour cela il va falloir déterminer :

  1. Quel personnage a le plus à perdre dans votre histoire
  2. Qu’est-ce que ce personnage a à gagner
  3. Quelle est l’action qui lie les deux

À ce stade, inutile d’utiliser des noms pour vos personnages, car ils ne sont pas nécessairement déjà bien arrêtés. Évidemment s’il s’agit d’une suite, vous pouvez alors les identifier par leurs noms.

Exemple

« Un scientifique rebelle remonte le temps pour empêcher le meurtre de sa femme »

Si on décortique cette phrase selon les trois points ci-dessus cela donne :

  1. Un scientifique rebelle (même s’il y a une pléthore d’antagonistes aux sombres desseins, des gentils copains prêts à se sacrifier, des gouvernements avides de mettre la main sur sa découverte… c’est LUI le personnage qui a le plus à perdre dans l’histoire)
  2. Éviter le meurtre de sa femme (même si dans l’histoire le devenir même de l’humanité est à risque à cause de ses découvertes et des manipulations qu’elles peuvent engendrer, on vient de prendre le parti que c’est bien l’aspect romantique qui est le plus important… mine de rien, c’est une décision majeure sur l’orientation de l’histoire, qui avec les mêmes ingrédients pourrait faire une grande épopée de SF planétaire, pourquoi pas ?)
  3. Remonter dans le temps (là encore on fait un choix important pour l’histoire: une série B, certes, mais sans attaque de zombies !)

Avertissement

J’insiste bien sur le fait qu’il s’agit ici d’une accroche de conception (c’est-à-dire d’un outil pour VOUS, l’auteur). Et non pas d’une accroche commerciale (la petite ligne sur les affiches de cinémas ou en sous-titre sur la couverture des bestsellers).

Elles sont très rarement les mêmes, et leur différence peut même être très importante… illustration avec « forfait illimité* » :

Accroche de conception
(honnête outil de travail pour vous aider à bâtir votre histoire)
Accroche commerciale
(mensonge éhonté pour accrocher le quidam – éditeur ou lecteur)
« Un ancien hacker enquête sur les meurtres de ses équipiers
pour sauver sa peau et celle de leur membre le plus secret. »
« Quand le cyber-terrorisme devient mobile. »

 

En résumé

Écrire un résumé du roman en UNE phrase. Il s’agit vraiment de la quintessence de l’histoire.

  • Plus c’est court, meilleur c’est. Essayer moins de 25 mots.
  • Pas de nom de personnage ! Mieux vaut “un flic alcoolique” que “Bernard Duriez” (à ce stade qui connait les personnages de toute façon ? Exception faite, s’il s’agit d’une suite dans une saga).
  • Lier ensemble l’aspect global et personnel. Quel personnage a le plus à perdre dans cette histoire ? Et maintenant qu’a-t-il/elle à gagner ?

Exemple : “Un scientifique rebelle remonte le temps pour empêcher le meurtre de sa femme.”

Note : L’accroche de conception et l’accroche commerciale peuvent être très différentes. Voir Annexe.

10 étapes pour créer un roman de fiction – Étape2

Series Navigation10 étapes pour concevoir un roman de fiction – ÉTAPE 110 étapes pour concevoir un roman de fiction – ÉTAPE 3
Choisissez votre poison :