Commentaires récents

  • Georges: Bonjour et merci beaucoup pour ta réponse lumineuse. « Bon s...
  • Kanata: Bonjour Georges, On parle ici la structure et des articulati...
  • Georges: Bonjour, Pourrais-tu m'éclairer sur ce que tu entends par l...
  • Kanata: Bonjour, voici le post original avec les contacts : http://w...
  • Kanata: Merci Gisèle, Comme quoi le hasard fait bien les choses dans...

Prochains concours & AT

De l’importance des définitions…

Publié par Kanata le 1 décembre 2012

Aujourd’hui : cours de vocabulaire (sinon vous ne pourrez pas suivre la suite…) Je vous surligne en jaune les points importants à retenir.

Diffamation : [source = wikipedia]

« La diffamation est un concept juridique désignant le fait de tenir des propos portant atteinte à l’honneur d’une personne physique ou morale. La plupart du temps, il ne peut y avoir de diffamation que si l’accusation est appuyée par des contre-vérités.  »

en droit international :

L’article 17 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966 édicte:

  1. Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, li d’atteintes illégales à son honneur et à sa réputation.
  2. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

en droit canadien : (désolé, ça me concerne)

Le libelle diffamatoire se définit comme « une matière publiée sans justification ni excuse légitime et de nature à nuire à la réputation de quelqu’un en l’exposant à la haine, au mépris ou au ridicule, ou destinée à outrager la personne contre qui elle est publiée ». L’accusé peut opposer comme défense que la publication de la matière diffamatoire a été faite pour le bien public et que celle-ci était vraie.

en droit français:

[…]

Le droit de réponse est aussi une possibilité offerte au plaignant, qui s’avère dans certains cas plus adapté.

L’exception de vérité et la bonne foi en droit de la presse sont parmi les moyens de défense au fond, pour le directeur de la publication et le journaliste visés.

« Si les imputations diffamatoires sont réputées faites dans l’intention de nuire, le prévenu peut cependant justifier de sa bonne foi et doit, à cette fin, établir qu’il poursuivait, en diffusant les propos incriminés, un but légitime exclusif de toute animosité personnelle, qu’il a conservé dans l’expression une suffisante prudence et qu’il avait en sa possession des éléments lui permettant de s’exprimer comme il l’a fait », […]

 

Intimidation: [Source = wikipedia & wiktionnaire]

L’intimidation est un comportement intentionnel causant psychologiquement la peur d’être blessé à un individu. Il n’est pas nécessairement prouvé que le comportement soit assez violent pour causer une peur ou que la victime soit effrayée.

Action d’intimider =>Troubler quelqu’un en lui causant de la crainte, de l’appréhension.

 

Liberté d’expression : [Source = wikipedia]

La liberté d’opinion et d’expression est l’une des premières libertés politiques et plus généralement libertés fondamentales.

Elle va de pair avec la liberté d’information et plus spécifiquement la liberté de la presse, qui est la liberté pour un propriétaire de journal de dire ou de taire ce que bon lui semble dans son journal, sous réserve d’en répondre devant les tribunaux en cas de diffamation ou calomnie. La calomnie et la diffamation étant là aussi, les restrictions imposées à la notion de liberté d’expression pour toute parole publique, comme pour l’incitation à la haine et au meurtre.

Son antithèse est la censure.

[…]

De même, aux articles 10 et 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 :

« Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. »

— Article 10, proposé par Louis de Castellane (1758-1837, emprisonné sous la Terreur) et Jean-Baptiste Gobel (1727 – mort guillotiné le 13 avril 1794)

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

— Article 11, proposé par le duc Louis-Alexandre de La Rochefoucauld d’Enville (1743 – tué le 4 septembre 1792 par des volontaires qui faisaient la chasse aux aristocrates)

 

 Petit jeu du samedi matin : Pouvez-vous trouver l’intrus parmi ces 3 locutions ?

1h de téléphone plus tard

Publié par Kanata le 29 novembre 2012

Prise de contact d’une bonne heure ce matin avec Laurence, fondatrice et gérante des éditions Ex-Aequo.

Une maison sérieuse. 87 romans à son catalogue, un rythme de 20 romans édités par an. 2 prix régionaux à son actif.

Une ligne éditoriale ouverte, mais qui de fait contient beaucoup de polar/thriller.

Une personne passionnée, ce qui est agréable, et qui m’a déjà donné des devoirs :

  • Biographie
  • Bilbiographie
  • Idée de couverture si j’en ai
  • Projet de quatrième de couverture
  • Résumé
  • Quelques petites corrections éditoriales (mes fameux anglicismes/néologismes… apparemment après 4 jets… il y en a encore ! Il faut dire que FI fut écris à mon retour en France, je me suis beaucoup assagi depuis.)

Moi j’aime bien me sentir impliqué, même si la couverture et la quatrième de couverture sont toujours du ressort de l’éditeur, c’est pas désagréable d’être sollicité (ce n’est vraiment pas le cas partout, surtout pour les primo-romanciers).

 

Pour ceux que ça intéresse, le contrat type des éditions Ex-Aequo est ici. Bâti et rémunérations standards (voir même haute en numérique) avec quelques particularités propres aux structures à taille humaine (qui ne peuvent pas s’asseoir sur des avances de coût de fabrication ou de correction) pour s’assurer du sérieux de l’auteur. Référencement (ELECTRE, DILICOM…) et distribution de qualité. Une petite gestion de stock (c’est rare de nos jours avec l’impression numérique à la demande, c’est une certaine prise de risque, un signe d’investissement et de responsabilisation sur l’écoulement). Bref, que du bon.

Ex-Aequo

Publié par Kanata le 29 novembre 2012

Retour des éditions Ex-Aequo. Désolé, je n’ai pas le traditionnel PDF de la lettre de retour, et pas non plus le nom du prochain éditeur chez qui renvoyer le manuscrit, car…

Ex-Aequo est intéressé pour éditer « Forfait illimité* »  (yahoo ! )

En substance, voici le message laissé sur mon répondeur :

« Bonsoir, Laurence des éditions Ex-Aequo. Vous m’avez envoyé votre manuscrit « Forfait illimité ». Je vous indiquais par mail que j’étais en train de le lire. Je n’ai pas tout à fait fini de le lire, j’en suis à la moitié, mais de toute façon ma décision est prise : si Antoine Gallimard ne vous l’a pas réservé, moi je vous l’édite… » 

Bon, ça tombe bien, parce que justement Antoine me disait encore ce week-end à notre BBQ qu’il ne croyait pas trop à cette affaire de hackers, que le récit était un peu trop fort pour sa ligne éditoriale, et que franchement les héros aux cheveux longs ce n’était pas très vendeur…

Voilà, je l’ai rappelé et nous avons convenu de discuter de tout ça demain à 9h.

Bon, rien n’est fait hein encore, je ne fais que remplir mon devoir de vous tenir informés des évènements 😉

AE a répondu vite… presque trop… Je suis encore en attente d’un retour de lecture sur lequel je lorgnais depuis un bon moment… Mais que voulez-vous, moi avec des attentes moyennes de 3 à 6 mois, j’ai pris l’habitude de mutualiser les prospections. Du coup, ça se croise un peu… Bon, je ne vais tout de même pas me plaindre, mais comme quoi, ce n’est jamais facile 😛

L’envol – 2e jet terminé !

Publié par Kanata le 26 novembre 2012

Cette fois le deuxième jet est bel et bien terminé !

     1. Relecture complète « one shot » pour voir si l’histoire coule bien (pas vraiment de corrections au sens ortho-typo-grammaticale à ce stade, si ce n’est comme ça en passant) avec annotations et remarques de ce qu’il faut modifier, changer déplacer, rajouter, supprimer… pour ciseler le tout.

     2. Réécriture en suivant les annotations

3. Relecture complète avec nouvelles modifications au fil de l’eau (à ce stade les gros écueils ont été identifiés, on peut se permettre de travailler en direct dans le texte)

Prép. 1e jet 2e jet Tot.
Temps 142 h 255 h 40 h 437 h
Signes 122 470 475 061 482 331 604 801

C’est important… C’est la validation du fond. Le récit est maintenant cohérent et complet. Reste les longues heures de corrections de la forme (et les stats qui vont avec… non parce que si vous pensiez que ce petit tableau de trois lignes était digne de moi, clairement, c’est que vous ne venez pas assez souvent ici…)

L’envol – 2e jet (phase 2)

Publié par Kanata le 24 novembre 2012

Un petit bilan intermédiaire sur la réécriture de l’Envol s’impose. Je viens de finir la seconde passe du second jet. En gros:

     1. Relecture complète « one shot » pour voir si l’histoire coule bien (pas vraiment de corrections au sens ortho-typo-grammaticale à ce stade, si ce n’est comme ça en passant) avec annotations et remarques de ce qu’il faut modifier, changer déplacer, rajouter, supprimer… pour ciseler le tout.

     2. Réécriture en suivant les annotations

3. Relecture complète avec nouvelles modifications au fil de l’eau (à ce stade les gros écueils ont été identifiés, on peut se permettre de travailler en direct dans le texte)

 

Prép. 1e jet 2e jet Tot.
Temps 142 h 255 h 21 h 418 h
Signes 122 470 475 061 478 759 601 229

 

Le deuxième jet n’est donc pas encore terminé, il me reste la phase 3.

Je suis satisfait du résultat. Le fond est un peu plus intimiste que «Marqueur 26 », les enjeux tout aussi importants. Pour le moment, cette phase m’a permis de corriger:

  • Généalogie de la protagoniste
  • Causes de décès différentes pour les mêmes personnages à plusieurs endroits du récit
  • Ajout d’informations pour une meilleure préparation
  • Remontée d’éléments en amont pour éviter du parachutage pour le lecteur
  • Quelques incohérences locales de scènes (ou comment courir pieds nus sur du verre pilé sans se couper…)

En phase 3 je vais lisser le côté romance qui me laisse encore un petit arrière-goût de je ne sais pas trop quoi. On va voir ça la relecture 😉

 

(Pour référence par rapport à ma série d’articles sur les corrections, nous en sommes . )