Commentaires récents

  • Georges: Bonjour et merci beaucoup pour ta réponse lumineuse. « Bon s...
  • Kanata: Bonjour Georges, On parle ici la structure et des articulati...
  • Georges: Bonjour, Pourrais-tu m'éclairer sur ce que tu entends par l...
  • Kanata: Bonjour, voici le post original avec les contacts : http://w...
  • Kanata: Merci Gisèle, Comme quoi le hasard fait bien les choses dans...

Prochains concours & AT

L’envol – 2e jet terminé !

Publié par Kanata le 26 novembre 2012

Cette fois le deuxième jet est bel et bien terminé !

     1. Relecture complète « one shot » pour voir si l’histoire coule bien (pas vraiment de corrections au sens ortho-typo-grammaticale à ce stade, si ce n’est comme ça en passant) avec annotations et remarques de ce qu’il faut modifier, changer déplacer, rajouter, supprimer… pour ciseler le tout.

     2. Réécriture en suivant les annotations

3. Relecture complète avec nouvelles modifications au fil de l’eau (à ce stade les gros écueils ont été identifiés, on peut se permettre de travailler en direct dans le texte)

Prép. 1e jet 2e jet Tot.
Temps 142 h 255 h 40 h 437 h
Signes 122 470 475 061 482 331 604 801

C’est important… C’est la validation du fond. Le récit est maintenant cohérent et complet. Reste les longues heures de corrections de la forme (et les stats qui vont avec… non parce que si vous pensiez que ce petit tableau de trois lignes était digne de moi, clairement, c’est que vous ne venez pas assez souvent ici…)

L’envol – 2e jet (phase 2)

Publié par Kanata le 24 novembre 2012

Un petit bilan intermédiaire sur la réécriture de l’Envol s’impose. Je viens de finir la seconde passe du second jet. En gros:

     1. Relecture complète « one shot » pour voir si l’histoire coule bien (pas vraiment de corrections au sens ortho-typo-grammaticale à ce stade, si ce n’est comme ça en passant) avec annotations et remarques de ce qu’il faut modifier, changer déplacer, rajouter, supprimer… pour ciseler le tout.

     2. Réécriture en suivant les annotations

3. Relecture complète avec nouvelles modifications au fil de l’eau (à ce stade les gros écueils ont été identifiés, on peut se permettre de travailler en direct dans le texte)

 

Prép. 1e jet 2e jet Tot.
Temps 142 h 255 h 21 h 418 h
Signes 122 470 475 061 478 759 601 229

 

Le deuxième jet n’est donc pas encore terminé, il me reste la phase 3.

Je suis satisfait du résultat. Le fond est un peu plus intimiste que «Marqueur 26 », les enjeux tout aussi importants. Pour le moment, cette phase m’a permis de corriger:

  • Généalogie de la protagoniste
  • Causes de décès différentes pour les mêmes personnages à plusieurs endroits du récit
  • Ajout d’informations pour une meilleure préparation
  • Remontée d’éléments en amont pour éviter du parachutage pour le lecteur
  • Quelques incohérences locales de scènes (ou comment courir pieds nus sur du verre pilé sans se couper…)

En phase 3 je vais lisser le côté romance qui me laisse encore un petit arrière-goût de je ne sais pas trop quoi. On va voir ça la relecture 😉

 

(Pour référence par rapport à ma série d’articles sur les corrections, nous en sommes . )

 

De l’intérêt des corrections

Publié par Kanata le 18 mars 2012

Il n’y a pas que pour les romans que la correction est importante. Rien que cette semaine, pas moins de 3 publicités du métro parisien sont victimes de ne pas avoir revu la cohérence entre le fond et la forme, ce qu’elles montrent et ce qu’elles disent:

Chez Go sport on nous vante un vélo sans chaîne de vélo… sauf que sur la photo, à travers le drap, on voit nettement la chaîne… => FAIL !

Au bon marché, on nous promet un « moment de style exclusif« … La pose du mannequin est équivoque, c’est vrai qu’on ne fait pas assez d’efforts pour la mode des bossus et des polios, quel style ! Merci au Bon Marché de leur réserver une ligne exclusive… => FAIL !

Le BHV invente la machine à remonter dans le temps. Avec leur invention, ils nous offrent « les 6 jours du bazar » du 7 au 24 mars (soit durant 18 jours…) => EPIC FAIL !!

Arriver à faire de telles erreurs de cohérence en une phrase et une image… Je me dis qu’on n’est pas près d’avoir de la concurrence dans le domaine du roman de la part des publicistes…

Cartes sur table

Publié par Kanata le 11 février 2012

Pas toujours si simple de jouer la transparence. J’avais vraiment comme idée de partager avec vous mes retours de bêta-lecteurs sur « Marqueur 26 »… Mais c’est impossible. Ils sont très détaillés et truffés de spoilers qui anéantiraient l’intrigue pour vous.

Donc, point de mise en ligne des fiches de lecture complètes et anonymisées comme je le prévoyais. En lieu et place, voici quelques extraits qui ne révèlent rien qui ne soit pas déjà dans les extraits publiés. Lire la suite de cet article »

Bêtisier 2011

Publié par Kanata le 1 janvier 2012

Il est une tradition qui consiste à faire un bilan de l’année passée… personnellement… ça m’ennuie ! Ceci est un blog, par définition c’est taillé pour tout classer par date, alors si vous voulez savoir ce qui s’est passé en 2011… ben utilisez donc le calendrier et les archives. 😛

Par contre, ce que vous ne trouverez pas dans les articles de l’année 2011, ce sont les coquilles et autres boulettes savamment coupées au montage. C’est pour cela, que dans la plus pure tradition du bêtisier annuel, je vous offre :

LES PERLES KANATA 2011 !!!

« Alexandra patientait avec impatience dans la salle d’attente. » => Seule une adolescente est capable d’attendre impatiemment avec patience… c’est dans la nature féminine toute cette contradiction…

« Une portion d’autoroute sous-terrine. » => Pour les chauffeurs gourmands donc…

« Elle pianotait comme un encore qui n’en finissait pas. » => Un très bel anglicisme. Un « encore » en anglais est un « rappel » (à la fin d’un concert), mais ils ont utilisé un mot français, que nous n’utilisons pas dans ce sens… Du coup je me suis perdu, impossible de le détecter par moi-même celui-ci (merci Yves). Vous me pardonnez cette erreur ? Ce n’est pas ma faute, je suis bilingue ! AMAZING !! (pour comprendre la référence, cliquez ici)

« Avant de vous présenter la mission, laissez-moi faire de brèves introductions. » = > On va plutôt faire de brèves « présentations », ça fera un peu moins partouze… Ceci dit, il s’agit là encore d’un anglicisme, « introductions » étant le bon terme dans cette situation pour nos cousins anglophones.

« Un engin d’un design cubique hideux occupait le centre d’attraction. » => Encore un anglicisme, bien sûr… la langue de molière préfère « le centre d’attention » au « centre of attraction » de Shakespeare.

« Parce que nos scientifiques m’assurent être sur la verge de conclure leurs expériences » => Là c’est franchement dégueulasse ! Ils sont bizarres ces scientifiques… Ils seraient plutôt « sur le point de… » que « on the verge of… » et oui, un Nième anglicisme…

Vous l’aurez compris, je suis encore un peu poursuivi par l’anglais (bien moins qu’avant cependant), et cela donne de jolies perles, comme quoi… l’anglais, c’est drôle !! 😉